LE DIAGNOSTIC

Le diagnostic de territoire 

 Incontournable 1 : Poser le problème

 Qu’est-ce qui pousse à apporter une modification ?

Dans un centre social, le projet social a une durée de 5 ans. La période transitoire entre la fin du projet social et le début du suivant est le moment de faire des constat en interne (salariés, CA, associations, adhérents….), en externe avec les partenaires institutionnels et les services de la ville, connaître la vision de chacun sur le quartier et le territoire, analyser l’évolution des cadres de vie.

 

Qu’est-ce qu’on veut gagner ?

En tant que centre social c’est de répondre au mieux aux attentes du public de la zone d’influence et rester un des actifs incontournables de la vie de cette zone

 Qui veut changer ?

Nécessité fait loi !

 Qu’est-ce qui est attendu ?

Rester le plus efficace possible dans nos réponses.

Le centre social doit s’adapter aux évolutions de son territoire en renouvelant les projets et les acteurs à partir du diagnostic posé.

 Quels sont les éléments objectifs qui laissent penser qu’il faut transformer la situation ?

A partir du constat (analyse à partir des éléments recueillis) on dégage les manques, les besoins et les attentes des habitants, des partenaires institutionnels et associatifs.

 Qui est concerné ?

Les habitants, les partenaires institutionnels et associatifs

 Quelles sont les opinions et les enjeux des différents acteurs concernés ?

Les habitants : une amélioration de leur quotidien

Les partenaires institutionnels : la prise en charge de la délégation de service public (mairie)

Les partenaires associatifs : la non concurrence et la complémentarité des actions et la mutualisation des moyens.

Les financeurs : soutenir des actions efficaces qui rentrent dans le cadre de leurs compétences et de veiller à la bonne utilisation des fonds publics.

 Incontournable 2 : Analyse du territoire

 Le diagnostic consiste à mettre en perspective des éléments de connaissance recueillis puis de les confronter avec son projet afin de mieux le positionner.

Le document sur le quel nous pouvons nous appuyer est celui établi par l’observatoire de l’Insee

 Analyse :

Géographique : c’est l’étude du milieu : le type d’habitat, la présence d’écoles, associations, partenaires sociaux, CAF, Mairie et sur l’environnement dans lequel le projet peut se monter

Sociales : classe social, cultures, nombre de familles, nombre d’enfants, nombre de jeunes, nombre de familles monoparentales et caractéristiques de chacune de ces classes.

Economiques : les situation au regard de l’emploi, la répartition ouvriers, classe moyenne, professions indépendantes…..

Habitat – urbanisme : accessibilité vers les magasins, les écoles, les loisirs, les offres culturelles, les services publics.

Recherche et inventaire des expériences antérieures portant sur le même projet et étude du tissu associatif sur la zone concerné.

Les atouts et les handicaps de l’existant :

Doit permettre à la structure d’anticiper les difficultés et envisager les solutions qu’il pourra apporter

Un exemple concret d’atout et de handicap : les transports qui peuvent être un atout en milieu urbain et le manque de transport être un handicap en milieu rural.

 Les opportunités pour la situation visée :

L’opportunité principale est lorsque le projet s’inscrit dans une démarche politique plus globale régionale ou européenne.

Lorsque la structure a réussi à s’inscrire dans un réseau partenarial fort(qui permet la mutualisation des moyens)

Les menaces pour la situation visée :

L’isolement lorsque le projet est mal anticipé, dépassé ou mal adapté à une situation donnée.

Lorsque les populations ne sont pas ancrées dans le territoire : populations « opportunistes » comme c’est le cas pour les fonctionnaires d’état qui ne restent sur le territoire que le temps de leur mission

Lorsqu’il n’y a pas de stabilité : pas de contrat de projet pluri-annuel et subventions aléatoires

 tableau desjeps diagnostic

 

Le diagnostic

 Incontournable 1 : Poser le problème 

 Le centre social est tributaire des évolutions sociales et économiques et doit s’adapter à cette réalité fluctuante.

 En 5 ans, le centre U Borgu a été le témoin d’un changement fondamental de la structure de la population dans sa zone d’influence :

Les classe sociales les plus défavorisées se sont déplacées vers les nouveau HLM (La Rocade par exemple)

Ces populations sont remplacées par des familles plus jeunes se situant dans les classes moyennes ainsi que par des familles de fonctionnaires continentaux

La population âgée native du quartier n’a pas évolué mais s’est étoffée par le vieillissement naturel

Des familles d’origine étrangère dont le niveau revenus ne leur ouvre pas priorité aux logements sociaux

 A ce changement de la structure de la population correspondent de nouvelles problématiques :

De nouveaux besoins et de nouvelles attentes sur le plan des loisirs, de la vie culturelle, de l’organisation du quotidien.

 A titre d’exemple, le premier problème recensé et le plus important est le manque de structure d’accueil flexible des enfants sur la zone d’influence.

Bien que, sur la ville d’Ajaccio ces structures se soient multipliées, le centre ville n’en bénéficie pas.

 Le manque de structure d’accueil d’enfants de 4 à 12 ans sur le centre ville entraîne pour les familles des problèmes de garde influant sur l’organisation du travail, la vie familiale……

 La mise en place d’une structure d’accueil des enfant de 4 à 12 ans, adaptée aux particularités de la population représente une amélioration importante de la qualité de vie des familles sur la zone.

 Le problème s’articule autour d’éléments observables de la situation :

les symptômes :

Ceux qui sont exprimés par la structure (besoins anticipés)

Ceux qui sont exprimés par la population ( besoins immédiats concernant la vie quotidienne)

 Les signes cliniques :

Malgré la multiplication des structures sur la ville, les familles du centre ville sont en recherche de proximité et d’un accueil plus adapté : accueil à la carte en journées ou demies journées, horaires d’accueil plus souples avec choix des périodes

Suite à cette analyse sommaire , il nous apparaît évident que l’un de nos principaux objectifs sera la mise en place d’une structure d’accueil adaptée aux besoins et aux attentes spécifiques des familles du centre ville.

Incontournable 2 : Analyser le problème

 Les acteurs:

Qui est concerné ?

Le centre social, les partenaires (s’ils existent), les familles concernées

Quels effectifs ?

Le personnel salarié du centre social et les bénévoles qui eux même vont déterminer le nombre d’enfants accueillis.

 Caractéristiques et état des relations au regard du problème ?

Le centre social ne peut pas évoluer à l’infini (salariés, surface d’accueil…), le partenariat peut dans des limites raisonnable permettre d’étendre un peu plus la capacité d’accueil , le partenairiat qui peut avoir le plus d’influence da la mesure ou l’augmentation des subventions d’une part et la mise à disposition d’espace décentralisés peut permettre d’étendre de façon plus importante la capacité d’accueil.

 Les activités:

Quelle activité est concernée ?

accueil de mineurs sans hébergement qui proposera tout au long de l’année des activités de loisirs

 Avec quoi, quels moyens est développée cette activité ?

Moyens humains : Personnel salarié, bénévoles et partenariat

Moyens matériels : Matériels d’animation

Moyens financiers : Subventions qui pourront être allouées par les partenaires institutionnels à cette activité

 Les lieux :

Quels sont les lieux concernés par l’activité (lieux où se déroule l’activité, lieux sur lesquels l’activité à une influence…) ?

En priorité le centre social mais l’activité peut en fonction des saisons être en partie déplacée (sorties, stage de cirque, de tennis, de voile…….)

 Les temporalités :

Quelles sont les périodes concernées (période de début, période de fin programmé, rythmes d’activité…) ?

Sur une année scolaire : tous les mercredis en période scolaire, tous les jours en période de vacances scolaires de 8h00 à 18h00

 Tous les acteurs concernés ont-ils les mêmes rythmes d’activité ?

Tous les acteurs concernés n’ont pas le même rythme d’activités : certaines activités menées par des partenaires sont saisonnières (tennis, voile) et ne fonctionnent que l’été.

 En quoi cela entre-t-il en ligne de compte ?

Ces activités saisonnières nous permettent de répondre à un besoin accru des familles en période d’été

 Production 1

 Le projet social est une feuille de route qui guide l’action du centre social et lui permet :

 – d’interroger l’environnement social, économique et institutionnel et repérer les évolutions du territoire de la zone d’influence.

– d’engager un bilan partagé (les missions, les services et activités proposés et les perspectives) avec l’ensemble des acteurs du centre (salariés, administrateurs, bénévoles, habitants, partenaires)

– de mettre en exergue les préconisations des acteurs, définir les axes prioritaires et mettre en place un plan d’action.

Ainsi le projet social est défini comme projet de territoire qui promeut une dynamique de développement, de changement, de transformation et de progrès, dans lequel chaque acteur se reconnaît.

 L’élaboration du projet social permet d’impulser une démarche de réflexions et d’actions ayant pour but de mobiliser, faire participer différents acteurs de culture, de centre d’intérêt différents dans un projet collectif.

Le projet social formalise l’ensemble des actions co-construites avec les partenaires et les habitants pour leur permettre de mieux vivre dans leur environnement. Il s’appuie sur leurs ressources (connaissance du quartier, compétence technique, etc.) pour évaluer, élaborer et suivre un projet collectif pertinent en lien avec les besoins des acteurs.

En fonction du projet il est nécessaire d’adapter le détail du diagnostic proposé, car beaucoup trop de généralités

Ainsi dans le cadre d’un projet social, sont nécessaire à l’habilitation d’une structure telle que le centre U Borgu :

étude géographique de la zone d’influence

étude de la population incluant les personnes âgées non mentionnées

étude des familles

nombre d’enfants

familles mono parentales

étude des revenus et des catégories socio professionnelles

étude de l’habitat et des moyens de communication, plus précisément les HLM et les transports en communs

étude des services sur la zone essentiellement services sociaux répondant à des situations particulières

étude de partenariat (sur qui et avec qui l’action peut s’appuyer et être valorisée)

 Notre démarche est donc inscrite dans une double dynamique :

1° : mettre en cohérence notre action d’animation globale en lien avec les besoins du territoire.

Nous souhaitons reconnecter l’action du centre social dans un ensemble politique plus global, dans le cadre d’intentions éducatives énoncées par l’équipe municipale. Cette cohérence permettra de mieux faire connaître et de légitimer le centre social comme un des acteurs du développement social territorial. Cela permettra également de reconnaitre l’action centrale des habitants dans la co-construction du fonctionnement et des projets de l’équipement.

2° : permettre une meilleure cohésion des pôles d’activités en direction de tous les habitants.

Notre intention est valoriser nos actions en travaillant sur la qualité des projets mis en place. Le développement d’outils communs de méthodologie de projets et les évaluations régulières permettront de mieux mesurer la qualité, l’efficacité et l’efficience de cette démarche. Les habitants y seront de plus en plus associés.

Production 2

 Il n’est pas envisageable dans le cadre de la production demandée de rédiger un projet social dans sa globalité ni même à titre d’ébauche.

Afin d’expliciter la formalisation de la démarche de projet, je présenterai donc une des actions phare de ce projet social, répondant à un objectif général et dont le développement suit exactement la démarche de la rédaction du projet social.

Le diagnostic de territoire présenté plus haut a permis de cibler les évolutions de la population de notre zone sur les 5 dernières années, d’étudier les transformations de l’environnement social et économique.

Les enquêtes de terrain menées par les animateurs via des questionnaires auprès de nos adhérents ( questionnaires ciblant la vie quotidienne, les attentes et les besoins) ont permis de dégager un axe de développement incontournable pour notre centre social : la nécessité de prise en charge des enfants de 4 à 12 ans dans les temps hors scolaires via un accueil de loisirs de mineurs sans hébergement (plus facilement appelé centre aéré)

L’accueil de loisirs participe à trois fonctions fondamentales:

  1. Un accueil de loisirs collectif des enfants, utile aux parents, en particulier lorsqu’ils travaillent.

L’accueil de loisirs doit donc assurer dans son fonctionnement, tous les éléments garantissant la sécurité physique, affective et morale des enfants.

  1. Un service d’accueil et d’activités pour les enfants qui profiteront du temps et des espaces de la structure pour vivre des activités adaptées à leurs âges, rythmes et besoins.
  2. Un service éducatif qui favorise le développement de la socialisation des enfants en continuité avec d’autres acteurs de l’éducation. En complémentarité de la famille et de l’école, une éducation non formelle, développant la prise de responsabilité et le dialogue interculturel.

De ces trois axes découlent des objectifs prioritaires :

– la spontanéité de l’expression – la confiance en soi

– l’estime en tant qu’individu – un environnement pédagogique et d’accueil stable

– la dignité et l’autonomie – la sociabilité, l’amitié et la coopération

– l’égalité des chances – la diversité culturelle

Le public

 L’Accueil de loisirs du centre U Borgu accueille des enfants âgés de 4 à 12 ans.

 Une majorité d’enfants sont issus du centre ville mais de plus en plus nous voyons arriver des enfants des enfants des quartier périphériques ou de la CAPA dont les parents travaillent en ville.

On note une fréquentation variable selon les périodes de l’année (fréquentation régulière les mercredis, augmentation partielle des effectifs durant les petites vacances et nette hausse pendant l’été). Les enfants qui viennent de manière irrégulière restent minoritaires.

L’ensemble des milieux sociaux est également représenté et cette mixité enrichie l’accueil de loisirs au sein duquel l’acceptation de l’autre est un processus relativement naturel.

 L’équipe

 Une équipe de direction

dont le rôle est d’assurer :

– la sécurité physique et affective des enfants

– le suivi dans le respect du projet pédagogique

– le suivi des programmes d’activités

– le recrutement de l’équipe d’animation

– la formation des animateurs

– la gestion administrative et financière de la structure

– l’hygiène des locaux

– le respect et la gestion du matériel

– le relais avec les familles

– la collaboration avec les partenaires

 Une équipe d’animation

dont le rôle est :

– d’assurer le suivi de l’enfant sur les domaines sécuritaire, moral et affectif

– d’être garante du suivi du projet pédagogique

– de se donner les moyens d’observer les besoins et désirs de l’enfant

– de permettre aux enfants de développer leurs potentialités

– de respecter les rythmes de vie des enfants

– de veiller au respect des règles de vie

– de mettre en place des projets pour/avec les enfants

 Le territoire

 Le centre attire massivement des familles alors que jusqu’à présent la population était plutôt vieillissante ou faisant parti des classes à revenus faibles

 3 types de familles à la recherche d’accueil de loisirs:

– Les jeunes couples, des classes moyennes, travaillant tous les 2, avec de jeunes enfants qui habitent le centre ville et qui recherche un mode de garde souple proche de leur logement.

– Les nombreux couples de fonctionnaires originaires du continent et sans attache à Ajaccio à la recherche de mode de garde pour leurs enfants.

– Les couples habitants les quartiers périphériques ou la CAPA et qui travaillant en centre ville souhaitent un mode de garde proche de leur lieu de travail.

 Les locaux

Le centre U Borgu situé au 52 rue Fesch en plein centre ville est un bâtiment livré en 1994 dans un immeuble appartenant à la ville d’Ajaccio.

 D’une surface de 576m2, il comprend 3 étages.

 Niveau rue Fesch : zone administrative – accueil – deux bureaux – une salle d’exposition et un Cyber espace

Niveau Rez de jardin (cour Sampiero) : deux grandes salles de 80m2 chacune. Espace polyvalent cette zone est plus particulièrement réservée aux activités enfants avec un espace cuisine et un espace bibliothèque.

Premier étage : un bureau accueille les permanences sociales, une grande salle réservée aux activités d’expressions physiques (danse, yoga, gym, théâtre), un espace réservé aux réunions et aux formations et une salle moyenne (25 personnes) polyvalente.

Une convention passée avec l’école Sampiero nous donne accès à la cour de cette dernière durant les périodes non scolaires : mercredi après midi et vacances scolaires.

 Le matériel

Matériel basique dans le fonctionnement d’un accueil de loisirs.

 Les partenaires

Le présent projet s’inscrit dans une continuité de démarche éducative dynamique.

Il associe tous les acteurs des temps de vie de l’enfant.

Parmi eux :

– La CAF de corse du sud

– Le contrat de Cohésion Sociale avec la ville d’Ajaccio.

– Les familles..

– Les associations d’éducation populaire.

 Les ouvertures et horaires d’accueil

L’accueil de loisirs du centre U Borgu accueille les enfants à la journée ou à la demi journée avec ou sans le repas. Il est ouvert tous les mercredis de l’année et tous les jours durant les vacances scolaires

La structure ouvre ses portes à 8h00 jusqu’à 18h00.

L’amplitude horaire et cette souplesse d’accueil permet de satisfaire les familles et de respecter le rythme de l’enfant.

Un accueil individualisé au cœur d’un projet collectif

 prendre le temps d’accueillir

 établir un climat de confiance

 mettre en place des repères qui sécurisent l’enfant

 favoriser les groupes et les échanges individuels dès que cela est possible

 Assurer le lien entre la maison et la structure

 recueillir les informations qui permettent d’adapter la prise en charge

 accompagner la relation parent/enfant pendant le temps de la séparation

 être en mesure de raconter aux parents la journée de leur enfant

 faire participer la famille

 Respecter les compétences de chacun

 tenir compte du développement et de l’évolution de chaque enfant

 proposer des activités adaptées

 encourager l’enfant et l’accompagner dans ses difficultés

 aider dans l’apprentissage en tenant compte de l’intérêt de l’enfant

 Prendre en compte le rythme de vie de l’enfant

 Autour de la fatigue

 veiller à respecter des temps de repos après les activités physiques

 mettre en place des temps calmes

 Autour du repas

 proposer sans imposer

 favoriser la découverte et le plaisir

 tenir compte des différents paramètres qui peuvent influer sur l’appétit

 ne pas forcer un enfant qui refuse de manger

 permettre à l’enfant d’être acteur de son repas

 Respecter les choix de l’enfant

 les permettre et les encourager

 accepter qu’un enfant participe ou non à une activité

 permettre à chaque enfant de construire sa personnalité au travers de ses choix

 aider l’enfant à atteindre son objectif

 Respecter les règles de la collectivité

 verbaliser les interdits et les règles propres à la structure

 mettre en place des jeux autour des règles de vie en variant les supports ludiques

 veiller à la cohérence des règles entre adultes pour poser des repères aux enfants

 Des axes d’orientation pédagogiques

Parmi l’ensemble des intentions éducatives en direction de l’enfant, de façon non exhaustive, nous nous sommes appropriés trois principaux axes d’orientation :

 Permettre à l’enfant de s’épanouir

Considérer la structure de loisirs comme un espace ludique, un lieu d’apprentissage, de découverte pour le public en respectant les capacités physiques, physiologiques et psychologiques de celui-ci.

Eveiller l’envie, la curiosité

 Différents types de projets :

 Projets émanant des enfants, projets développés au fil des rencontres et des spécificités de chaque animateur, animations calendaires ou opportunité éducative; qu’il s’agisse d’expression, de culture, de création ou de découverte, toute activité doit contribuer au plaisir d’être ensemble, d’agir et de jouer avec les autres.

  Permettre à l’enfant d’enrichir son champ d’activités

Les sorties : Elles peuvent avoir lieu dans le quartier mais pas seulement. Il s’agit de sorties dites

éducatives programmées au cours de projets particuliers .

 Respecter le rythme de chaque enfant au sein du groupe

 L’accueil échelonné :

 L’accueil échelonné permet à l’enfant d’investir les lieux à son rythme et de commencer sa journée en collectivité dans les meilleures conditions possibles. Moment privilégié où s’instaurent des temps de dialogues entre familles, enfants et animateurs.

 La sécurité physique et affective :

 Divers outils permettent aux enfants de se repérer entre le temps, les groupes et les adultes référents. Pour les plus petits, de simples rituels ou repères chronologiques sont d’autant importants qu’ils facilitent l’appréhension de l’avenir immédiat.

 Temps calmes de qualité pour les plus petits:

 Ce temps concerne chaque enfant car il permet une récupération corporelle et mentale optimale. Les lieux sont alors aménagés selon des espaces définis pour le repos, la lecture, les coloriages et les jeux de société.

 Des activités adaptées :

Être disponible pour les enfants, être à leur écoute, savoir aménager l’espace, permettre de jouer et de communiquer. Savoir adapter les activités en fonction de leur état physique, de leurs besoins et de leurs capacités. Leur permettre de participer à un projet, à une activité ou de ne rien faire.

 Permettre à l’enfant de se préparer au futur :

Permettre à l’enfant de s’approprier l’espace de vie de la structure de loisirs en favorisant l’apprentissage du ‘vivre ensemble’.

 Favoriser la liberté d’expression, rendre l’enfant acteur au sein de la structure L’autonomie dans la vie quotidienne :

Les moments d’accueil comme la restauration, constituent des moments d’apprentissage mais également d’échanges ; ils favorisent l’autonomie tout en incitant à la convivialité.

L’enfant acteur de la vie de la structure :

  Développer les notions de respect, de tolérance, de partage et de solidarité

La mixité chez l’équipe, chez les enfants :

 Une mixité qui implique l’acquisition des notions de différence, de tolérance, de respect et d’ouverture, mixité des âges et des qualifications chez les animateurs, mixité des âges et des origines chez les enfants. Les plus grands aident les plus petits.

 Prendre l’enfant dans sa globalité

Permettre la relation des intervenants éducatifs relatifs à l’enfant pour agir de manière cohérente et complémentaire. L’enfant doit être placé au centre d’une complémentarité éducative.

 L’enfant se construit à partir de repères. Certains d’entre eux sont directement liés à la connaissance de son propre quartier, de sa ville, plus généralement de son environnement. Il s’agit de se sentir proche de l’endroit où l’on vit (peut-être davantage que du lieu où l’on

naît), notion intégrante de la citoyenneté. C’est pourquoi tout au long de l’année, différents projets favoriseront l’appréhension du centre ville par les enfants eux-mêmes.

 Rendre l’enfant acteur de son environnement et lui apprendre à connaître son milieu de façon optimale

  Instaurer un climat de confiance

Lien avec les familles :

 L’ensemble de l’équipe s’attache à mettre en place un relationnel basé sur la confiance. Pour ce fait, les différentes familles sont majoritairement connues, reconnues, respectées et prises en compte par l’équipe d’animation.

  Afin de favoriser la réussite de chaque enfant, il est souhaitable de lui permettre l’accès à différents types de pratiques (culturelles, artistiques ou autres) qui sont autant de possibilités de développement personnel. Des ateliers éducatifs et ludiques permettent l’acquisition de ces savoirs, condition de l’intégration sociale de chaque individu.

 Evaluation

Les évaluations permettront :

 de vérifier l’adéquation entre les objectifs du projet pédagogique et les moyens mis en oeuvre (programme d’activités, projets en cours, moyens humains, matériels, en temps, en budget)

 de relancer les animateurs dans le sens de l’action (objectifs du projet éducatif, valeurs et

relations éducatives avec les enfants, pratiques d’animation)

 Elles seront mises en place :

 pour suivre les actions de terrain

 pour mesurer la pertinence du projet pédagogique.

 Elles concerneront :

 le public

Evaluer la participation et l’implication des enfants lors des ateliers mais aussi dans la vie quotidienne de la structure (divers outils d’évaluation) Les points enfants traités lors de réunions permettront à l’équipe pédagogique d’évaluer leur évolution à moyen et long terme.

 l’équipe

Les principaux axes issus du présent projet devront guider le travail de l’ensemble de l’équipe pédagogique. Des réunions permettront d’évaluer les actions menées de manière régulière, d’ajuster les pratiques d’animation en définissant davantage les rôles et missions des membres de l’équipe.

 les familles

Les discussions contribueront à une évaluation orale de la part des familles. Les rencontres constituent des échanges bénéfiques à l’équipe comme aux familles. Notes d’information, discussion durant les temps d’accueil, lors des spectacles d’enfants ou des après-midi portes ouvertes.

 les projets

Chaque projet mené sera évalué selon différents procédés avec le public afin de mesurer le degré de satisfaction. Des auto évaluations des animateurs complèteront l’analyse des objectifs prédéfinis et permettra d’améliorer l’action quotidienne.

 le projet pédagogique

L’évaluation constitue un axe important dans le suivi du présent projet. Il paraît nécessaire de vérifier régulièrement qu’il soit applicable et adapté. Il devra guider chacun, guider notre travail commun et nous permettre de connaître ses limites.

 les inspections

Des visites de la PMI ont lieu afin d’établir si le fonctionnement, l’accueil, la sécurité, la pédagogie et les locaux sont adaptés au public accueilli au sein de la structure de loisirs.

Une réflexion sur “LE DIAGNOSTIC

  1. Bonjour, merci pour cet exemple. Je suis actuellement en formation DESJEPS – Master 1 en région parisienne. Je dois réaliser un diagnostic externe pour une association culturelle. On m’a parlé du SPECTRED mais je suis un peu perdue à l’utilisation de ce support. Pouvez vous me dire quels éléments « pertinents » à mettre dans me diagnostic externe ?, en fonction de ma structure de stage. Merci de votre retour.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s